Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Notre tâche d’évangélisation
Article mis en ligne le 14 décembre 2014
dernière modification le 27 septembre 2015
logo imprimer

20141127 cel06

Pour écouter

cliquer sur l’icône

Chers frères bien-aimés,

Permettez-moi de revenir encore dans cet enseignement, sur la question de savoir comment mettre le Christ dans la conversation avec les membres de notre oïkos que nous voulons évangéliser.
Notre tâche d’évangélisation est l’annonce du Christ et de son Évangile, et non pas celle de nos conceptions ou expériences personnelles. Mais ceux qui nous écoutent ont également besoin d’un témoignage personnel. S’ils l’attendent, on peut leur faire part de notre expérience de la foi et de notre rencontre du Christ. Il s’agit simplement pour nous de témoigner du petit peu de Jésus que nous avons déjà expérimenté.
Il n’y a pas besoin de raconter des choses extraordinaires. Notre expérience spirituelle n’est pas toujours une conversion radicale ayant bouleversé notre vie : elle consiste souvent dans une succession de conversions. Sainte Thérèse de Lisieux, dont la vie pouvait sembler sans histoires à son entourage, avait connu des épreuves et des tournants décisifs ... et c’est par le récit de ce parcours spirituel qu’elle a été une lumière pour des foules de chrétiens.
Nous vous proposons donc neuf conseils qui pourront vous aider à mettre le Christ dans une conversation.

1. Si quelqu’un sait que vous êtes un "catholique pratiquant", et s’il se présente une occasion favorable où vous sentez chez lui une certaine écoute, demandez-lui : "Est-ce que je t’ai dit com­ment j’ai découvert (ou redécouvert) la foi ? ... ce qui a été un tournant dans ma vie spirituelle ?"

2. Si quelqu’un vous fait des compliments sur votre famille, l’amour ou la bienveillance dont vous faites preuve, votre manière de vous mettre à disposition d’autrui, etc ... dites-lui, par exemple : "Si tu m’avais connu il y a dix ans, tu n’aurais sans doute pas dit la même chose."
Si le moment ou l’endroit ne sont pas les plus indiqués pour lui faire découvrir le Christ, vous pouvez lui dire : "Un jour, quand nous aurons un peu de temps, j’aimerais te parler des circonstances qui ont changé ma vie."

3. À un catholique qui s’est éloigné de la foi, vous pouvez dire éventuellement (si telle est votre expérience personnelle) : "Moi aussi j’ai été comme toi. J’étais très réticent envers l’Église. Maintenant j’ai un autre regard. Laisse-moi t’expliquer ce qui m’est arrivé." Souvenez-vous que les raisons que l’on vous fournira seront souvent des prétextes permettant de masquer quelque chose de plus profond. Ne vous y arrêtez pas d’une façon excessive et poursuivez la conversation en vous tenant à l’essentiel et en montrant comment la rencontre avec le Seigneur a changé votre vie.

4. Dans les échanges avec des non chrétiens, quand les relations deviennent plus profondes, il arrive souvent qu’ils vous confient leurs préoccupations, leurs désirs, leurs aspirations, leurs frustrations ou leur sensation de vide intérieur. En toute simplicité, vous pouvez leur dire (si toutefois vous avez vécu quelque chose de semblable) : "Tu sais, moi .aussi j’ai connu cela, jusqu’au moment où j’ai vécu une expérience qui a bouleversé ma vision des choses ..."
Si votre expérience ne rejoint pas celle de votre interlocuteur, vous pouvez en tout cas lui dire que le Christ est aujourd’hui, pour vous, une présence réelle. Soyez attentif à ne jamais imposer votre témoignage : demandez, d’une façon ou d’une autre, la permission de l’intéressé.

5. Si depuis longtemps vous connaissez quelqu’un et n’avez jamais partagé avec lui votre expérience de Jésus, vous pouvez éventuellement aborder le sujet de cette façon : "Daniel ... il faut que tu me pardonnes. Je te connais depuis deux ans et je ne t’ai jamais parlé de ce qui a changé ma vie ... ou : de ce qui oriente toute ma vie".

6. A celui qui se plaint de l’état du monde, on peut proposer des réflexions telles que : "N’as-tu pas été impressionné par la sagesse qu’on découvre dans l’Évangile ... le regard que le Christ porte sur le monde ... son "diagnostic" ... les réponses qu’il donne ... les remèdes qu’il propose ?" "Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde." (Jn 9, 5).

7. Au cours de discussions ayant trait aux événements principaux de la journée, à la crise mondiale la plus récente, ou à d’autres événements d’actualité, on en vient parfois à des réflexions sur l’absurdité du monde. Dieu est mis en accusation : on estime qu’il fait mal son "service" et son existence paraît douteuse ! On pourra susciter des interrogations telles que : "Crois-tu que ce genre de question soit absent de l’évangile ?... que Jésus ait oublié d’aborder de tels sujets ?" "Quelle idée de Dieu est-elle sous-jacente à ce Dieu que tu rejettes ... Ne crois-tu pas que ce Dieu-là est très éloigné de celui de l’Évangile ?" On ne perdra pas de vue que ces débats d’idées peuvent masquer l’enjeu véritable de ces questions qui sont révélatrices des dispositions intérieures de l’homme.

8. Pour sensibiliser à la foi et à la vie spirituelle, on pourra orienter la conversation sur la place de Dieu dans notre vie ... Quel besoin a-t-on de lui ? Est-ce un Dieu inutile ... ou un Dieu créateur qui nous tient dans l’existence à tout instant ? Si la discussion en vient à des considérations sur l’Église et les chrétiens, on pourra demander éventuellement : "Qu’est-ce qu’un Chrétien d’après toi ?" (question en positif). La réponse portera souvent sur le comportement : "il va à l’Église, il observe la morale, il prie ..." On notera tout ce qu’il y a de vrai dans cette réponse, et on orientera la réflexion sur la foi et sa finalité qui est la rencontre du Christ.

9. Si l’on a senti une curiosité ou une recherche spirituelle, certaines questions pourront aider à établir une sorte de diagnostic sur les aspirations de la personne ... même si ce sont des questions qui risquent de surprendre, telles que : "Crois-tu être appelé à une vie éternelle ?" Avec quelqu’un qui aurait un peu tendance à ironiser sur la foi ou sur l’au-delà, on peut poser, sur un ton à moitié sérieux, ce genre de question-choc : "Imagine que tu te trouves face à Dieu aujourd’hui ; s’il te demande : "Pourquoi devrais-je t’accueillir dans la vie éternelle ?" que réponds-tu ?"

Il est probable que certaines réponses seront fondées sur les œuvres ... d’autres sur la foi qui s’en remet à la miséricorde et à la tendresse de Dieu. Il importe de se représenter de telles situations, de se voir et de s’entendre poser ce genre de questions ! On pourra partir de l’une ou l’autre des questions formulées ici. Les autres suivront selon l’inspiration du moment. Ne perdez jamais de vue qu’une conversion ne peut être que l’œuvre de l’Esprit Saint. Les conseils donnés ici sont indissociables de la prière à l’Esprit, pour qu’il vous donne la force et vous inspire, et pour qu’il touche le cœur de vos frères.




puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.9