Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Lets My people Go !.. Go down Moses !
Article mis en ligne le 10 mars 2006
dernière modification le 19 mars 2013
logo imprimer

Let My People Go !…..Go down Moses !

C’est par ce chant de complainte noire que nos trois jours en compagnie de Moïse ont débuté.
Françoise, responsable de CM2, a eu cette intuition de donner la parole à ceux qui ont subi l’esclavage pour nous faire comprendre dans notre corps la puissance de cet appel de Moïse à Pharaon : « Laisse partir mon peuple ! »

Go down Moses ! Pharaon meurtri dans sa propre chair laisse partir ce peuple dont il a tant besoin : pour les hébreux, ce fut le début de 40 ans de marche dans le désert. 40 ans de maturation, 40 ans d’éducation du peuple par Dieu. Pour nous aujourd’hui, où 28 jeunes se sont déplacés, c’est quatre jours qu’il aurait fallu pour aller au bout de la démarche. Non pas que nous ayons traîné, non au contraire, mais là encore ce fut le temps de l’interrogation pour certains, de la découverte pour d’autres, du désert pour tous ! Oui très important ce moment… nous y reviendrons ! 3 jours très forts où ensemble nous avons essayé de grandir dans le respect de l’autre, de comprendre ce qu’est « ma » liberté et ce que Dieu nous en dit. Pas de conflits, un peu de chamaillerie mais là encore : moi, où est ma part de responsabilité ? Apprendre à se regarder avant de regarder l’autre. C’est Jésus qui nous invite à ne pas regarder la paille qui se trouve dans l’œil de notre voisin, mais la poutre qui aveugle mon regard et que je ne vois pas. Et tout cela avec des gestes pour mieux se rendre compte !

Éducation du peuple par Dieu ! Oui, les enfants l’ont bien compris, c’est Dieu qui a l’initiative de tout cela.
Moïse est ce formidable croyant qui, après s’être détourné de son chemin, a su répondre « Me Voici » à l’appel de Dieu « Moïse, Moïse ! »
Et quel chemin pour cet homme élevé à la cour de Pharaon, fils adoptif, bien élevé avec toute l’éducation qu’il faut pour en faire un grand prince ! Et pourtant cet homme « né de personne » (c’est la signification de Moïse en égyptien), « sauvé des eaux » (c’est la signification de Moïse en hébreux) ressent au fond de son cœur les souffrances de ce peuple hébreu, maltraité, humilié pour la gloire d’un homme.
Moïse va jusqu’à l’irréparable : il craque devant la souffrance et l’oppression de l’esclave. Il tue un égyptien ! Il tue l’égyptien qu’il est devenu.
C’est avec cette souffrance qu’il part dans le désert. Désert « lieu où Moïse va retrouver ce qui était perdu », il va retrouver sa filiation dans la façon dont Dieu se présente à lui : « Je suis le Dieu de ton père, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » Moïse lui né de personne, lui dont on ne connaît pas le père se trouve ré affilié, réintégré par Dieu à son peuple ! Merci Mme V pour ce regard et cette ouverture trouvée au cours de l’école de la foi.
Moïse en répondant à l’appel de Dieu se met en situation de vis à vis. Il rentre en dialogue avec Dieu. Mais Dieu attend un cœur à cœur, il veut l’homme vrai, il demande à Moïse de se dénuder : « ôte tes sandales ». Ce cœur à cœur, ce dénuement ira jusqu’à la négociation dans la mission. Moïse, fragile, peu courageux, pas à la hauteur, ne sachant pas parler, n’est-ce pas nous quand on nous demande quelque chose ! Premier reflex : je ne sais pas, je n’ai pas le temps…

Ce temps de cœur à cœur, comme Moïse devant le Buisson ardent, nous l’avons pris trois fois dans chaque journée. Points de rendez-vous où je pouvais regarder mon comportement, mes gestes, ma participation. Apprendre à fermer les yeux, à faire silence, à découvrir une présence au fond de soi : oui ces temps de désert furent pour beaucoup l’apprentissage d’une intériorité. Découvrir l’envie de connaître son Notre Père, découvrir l’envie d’ouvrir la Bible, découvrir l’importance de prendre du temps pour Dieu…Merci les enfants car à 28 ce n’était facile pour personne et pourtant chacun a réussi !

Important cet épisode du Buisson Ardent (dans notre Bd, les enfants ne l’ont pas oublié).
Important pour Moïse : il reçoit sa mission « je t’envoie libérer mon peuple ».
Important pour Dieu. Moïse lui donne la possibilité de se nommer. Important un nom ! Autant pour Dieu que pour les hommes. Mais pas facile à expliquer aux enfants « Je suis, qui je serai », alors quand c’est eux qui nous expliquent quel régal. Exister aux yeux des hommes, exister dans la vie des hommes, être présent à la vie des hommes aujourd’hui, comme hier et comme demain, c’est là le sens du nom de Dieu.
Dieu se remet entre nos mains : « je suis avec toi, va ! » Cet envoi, quatre jeunes l’ont compris : pendant les trois jours ils se sont mis au service des plus jeunes. Ils se sont lancés, ils ont découvert qu’ils étaient capables, ils ont écouté, ils ont appris à respecter et à se faire respecter.

Que de richesses chez nos enfants ! Beaucoup connaissent la vie de Moïse, merci à la télévision, merci au cinéma. Mais quand on voit un film est-ce qu’il dit la vérité, est-ce que tout ce qu’il nous montre est vrai ? Le meilleur moyen est d’aller vérifier dans la bible. Et nous voilà partis à la recherche des textes. Mardi, tout le monde voulait lire ! Trouver la réponse, comprendre pourquoi Pharaon n’avait pas faiblit avant que Dieu ne fasse mourir son fils. Mais la bible nous donne-t-elle toutes les réponses. Et oui, Stan ! C’est par ta question que nous avons pu comprendre. Pharaon était dur, était sûr de son pouvoir, fort de ses richesses. Il fallait qu’il soit touché au plus profond de lui-même dans sa propre chair pour céder. Nous voilà lancés sur le thème des premiers-nés. Naturellement il y a confusion : Jésus, Moïse là on a des épisodes similaires. Et puis l’agneau, encore des épisodes qui se rejoignent, qui se confondent, qui s’éclairent : Isaac et son sacrifice ; L’agneau d’1 an de la Pâque, du passage de Dieu dans les maisons des hébreux ; Jésus Agneau de Dieu (on le dit à la messe) présent par son corps et son sang offert pour la multitude et pour la libération de nos péchés. Oui en trois jours nos enfants ont compris le dessein de Dieu pour nous les hommes.

Dieu cherche à nous libérer de nos esclavages. Il nous fait passer par l’eau (de la mer Rouge, du baptême) pour naître à la liberté d’enfant de Dieu. Mais on l’a vu, la liberté ce n’est pas facile. Ce n’est pas faire ce que je veux.. Les hébreux l’ont compris difficilement. Lentement Dieu les a mis sur le chemin en leur donnant la nourriture quotidienne, le juste nécessaire. Moïse, les conduit à la montagne de Dieu, pour la rencontre. C’était dans la mission : « Je suis avec toi. Et voici le signe que c’est moi qui t’ai envoyé…ex 2, 12 »
Fidéliser le peuple à son Dieu, c’est aussi la mission de ce pasteur. Pas facile quand on ne maîtrise pas la relation, alors on se crée des veaux d’or pour se rassurer. Moïse absent, car auprès de Dieu, pour recevoir de Lui la charte de l’Alliance, les 10 paroles de vie, son peuple sans chef est vite perdu, il n’a plus de guide, il n’a plus de rails entre lesquels marcher. Le peuple hébreu nous montre là, la nécessité d’une liberté surveillée, une liberté qui va s’arrêter pour moi là où commence celle de l’autre.
Dieu nous donne le chemin de la Rencontre, Jésus nous rappellera ce chemin dans le discours sur la montagne « les Béatitudes » qu’on peut s’amuser à écrire les « B’Attitudes », celles qui nous conduisent au Bonheur et qui commencent toutes par un B… A vous de les trouver. Avec les enfants on en a listé au moins trois.

Que de travail de réflexion me direz-vous ! Oui, mais tout cela s’est conjugué avec de la pâtisserie (sablés, chocolats) des dessins (décoration d’œufs, BD, jeux de cartes sur Moïse), des jeux… Comment mieux comprendre ce qu’est du pain « azyme » qu’en en faisant et en le mangeant. On en a profité aussi pour apprendre des mots en langue étrangère : après l’anglais, le grec, l’hébreu, les hiéroglyphes. Les tables de la loi : en fabriquer avec de l’argile pour les emmener à la maison et écrire dessus le nom de Dieu en tétragramme hébreu ou écrire Israël en hiéroglyphe ! Et surtout ce que vous pourrez découvrir lors de la célébration du Jeudi Saint : des nappes mises en couleur par les enfants représentant le passage de la mer Rouge, le repas de la Cène et Moïse devant le buisson Ardent.
Plusieurs enfants rencontrés deux jours après ont regretté que ce ne soit pas plus long. Merci, c’est signe qu’ensemble on est bien et qu’on ne s’ennuie pas ! Merci aux enfants pour tout ce que vous nous apportez, merci à nos quatre jeunes d’aumônerie. Merci aux deux enfants qui ne sont pas en catéchèse et qui ont suivi avec sérieux et respect les 3 jours, merci aux 5 mamans qui ont pris sur leur temps pour vivre avec nous ce temps de bonheur. Sans elles ce n’aurait pas été possible.

Rendez-vous pris pour les 3 jours en avril : 15, 16, 17. Nous partirons avec le Roi David.
Parents retenez vos soirées. Vous ne savez pas ce que vous manquez ! Et pour vos enfants s’ils sont à Combs, pensez à ces trois jours et prévoyez de ne pas les mettre au centre !


Dans la même rubrique

Évènements à venir

0 | 5 | 10

0 | 5 | 10



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14