Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Vie du Pôle n° 118
11 mars
Article mis en ligne le 8 mars 2012
dernière modification le 7 mars 2012
logo imprimer

21 jeunes de Brie Comte Robert transfigurés sur la montagne

L’aumônerie de Brie Comte Robert a emmené 21 jeunes en camp à la montagne du 26 février au 03 mars.

Au programme : ski, prière, temps d’aumônerie et vie fraternelle. _ Le thème de ce camp était « vivre sa vie de foi à travers la prière quotidienne ».
Partis le dimanche 26 en début d’après midi, accompagnés d’Antoine Foncin (notre super cuisinier) et de son épouse Marie-Hélène (notre attentive assistante sanitaire), ainsi que de don Pascal (le pédagogue du ski) et de don Matthieu (le directeur du camp), les jeunes de Brie ont rejoint à Thônes en Haute Savoie 19 autres jeunes venant des aumôneries de Chalons en Champagne et de Soissons.
Dès le départ, une excellente ambiance s’installe dans le chalet. Les rires et les chants ponctuent les repas et les voyages en voiture jusqu’à la station de Manigod, située à 12 kilomètres de Thônes.
Une vie fraternelle et familiale se met rapidement en place et chacun met la « main à la pâte » pour que tout se passe au mieux dans les actions quotidiennes du camp (service de table, vaisselle, mise en place des salles, ménages, …).
Le camp alterne vie spirituelle, vie fraternelle et vie sportive. Chacun des 4 groupes d’âge rencontre un des aumôniers sur le thème de la messe, celui de la liturgie des Heures, sur la prière du Notre Père et sur la manière de vivre sa vie de prière au quotidien. Les exercices pratiques sont nombreux : Laudes chantées et Messe le matin, Vêpres en fin d’après midi et prière le soir après la veillée.
Les jeunes entrent sans difficultés dans le style proposé par ce camp, et les après midi de ski par groupe de niveau permettent à chacun de progresser dans la technique du « schuss » et de toujours mieux faire connaissance entre les aumôneries.
Le sommet du camp n’est pas la dernière piste prise ensemble le vendredi (quoique très sympathique !), mais bien la veillée d’adoration du jeudi soir dans l’église paroissiale de Thônes. Un temps de recueillement, de prière silencieuse alternée avec des chants et des méditations, où chacun des jeunes a la possibilité de se confesser.
Une semaine de soleil dans une montagne enneigée a permis à ces 21 jeunes d’expérimenter de manière très pragmatique ce que signifie vivre « au sommet » avec Dieu au quotidien : une expérience inoubliable, qui promet des jours toujours plus beaux !!!

Ce dimanche nos catéchumènes vont vivre leur premier scrutin

Après avoir vécu, le premier dimanche de Carême, l’appel décisif en présence de l’évêque à Meaux, nos
frères et sœurs catéchumènes poursuivent leur route en venant vivre, en Pôle missionnaire, leur premier scrutin.
En effet, l’Eglise doit continuer à les entourer de ses prières pendant cette ultime préparation au baptême qui aura
lieu dans la nuit de Pâques.

Concrètement, ce dimanche, ils viennent présenter, lors de la messe de 11 h à Vert-Saint-Denis, toutes leurs faiblesses, afin que le Seigneur « qui scrute les reins et les cœurs » vienne les toucher et leur donner l’eau vive comme à la Samaritaine (Evangile du jour), la lumière comme à l’aveugle né (4ème dimanche de Carême) et la vie
comme à Lazare (5ème dimanche de Carême).

Le deuxième scrutin aura lieu lors de la messe de 10 h 30 à Saint Vincent de Combs-la-Ville (le 18 mars)
et le troisième lors de la messe de 11 h à Brie-Comte-Robert (le 25 mars). Nous confions à votre prière tous ces frères et sœurs en rendant grâce à Dieu pour tous les bienfaits qu’il nous accorde.

Vendredi 16 mars, à 20 h 45, 3ème conférence de Carême…

Nous poursuivons, avec plaisir et intérêt, notre cycle de conférences programmées, au cours de ce Carême 2012, sur notre Pôle missionnaire, autour d’un axe central « l’évangélisation ».
Après la conférence donnée par le Père Alain Bandelier autour du thème « Benoît XVI et la nouvelle évangélisation » au Foyer de Charité, et celle donnée par le Père Régis Evain à Brie-Comte Robert autour du thème : « tous les apports de Vatican II dans le domaine de l’évangélisation »,
nous sommes attendus, nombreux, le vendredi 16 mars, à 20h45, à l’église de Tibériade (Savigny-le-Temple), pour participer à
la conférence que donnera le Père Michel Henrie, Vicaire Général, autour du thème :
« Les enjeux de l’évangélisation à la lumière du catéchisme de l’Eglise catholique ».

CCFD – Terre solidaire et la protection des migrants

A l’heure où notre planète traverse une série de crises, les migrants nous posent une question fondamentale :
« - Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir ?
- J’étais étranger, et vous ne m’avez pas accueilli. » (Mathieu, 25, 43)
Il ne s’agit pas de belles paroles qui ne nous concernent plus. Sans discours moralisateur, posons-nous des questions.
La plupart des migrants se trouvent dans les pays du sud. Ainsi, Marie-Claire MASIKA, la partenaire du Nord-Kivu que nous recevrons le 25 mars à Savigny le Temple et les membres de l’association UWAKI dont elle est la directrice, sont confrontés quotidiennement à l’insécurité avec des dizaines de milliers de réfugiés Rwandais
et Burundais et des habitants du Kivu déplacés dans des camps.

En Seine-et-Marne, une jeune roumaine a récemment accouché sur le parking d’un supermarché de la région.
Comment Jésus fut-il accueilli à Bethléem ?
Si nous pensions que Jésus soit là, à notre porte, ne serions-nous pas prêts à l’accueillir dans notre maison ? Alors pourquoi refusons-nous parfois d’accueillir une aire de stationnement des gens du voyage ?

Avec les catéchistes de 5ème, le CCFD-Terre solidaire propose l’opération « KM Soleil » sur le thème : « Migrant, mon ami, raconte-moi ton histoire… ». Les jeunes sont invités à mener l’enquête et à regarder dans leur vie les situations où ils rencontrent des enfants venus d’ailleurs.
Et nous, tournons-nous vers l’Autre, frère en humanité et visage du Christ vivant !

La collecte nationale du CCFD-Terre solidaire aura lieu le dimanche 25 mars. N’oubliez pas vos enveloppes !

Pour rencontrer Marie-Claire MASIKA :
- Le samedi 24 mars de 10 h à 11 h 30 avec les collégiens et lycéens ;

- Le dimanche 25 mars à 18 h : Témoignage suivi du partage d’un « bol de riz – pomme » solidaire (apporter son couvert).

Les deux rencontres auront lieu à la Maison des associations Salvador Allende de Savigny-le-Temple (à côté de l’église Tibériade)

Vatican II , « fleur d’un printemps inattendu »

Les 24 et 25 mars, les Eglises diocésaines sont invitées à se rassembler à Lourdes pour fêter les 50 ans du concile Vatican II.
« Joie et espérance, 50 ans après Vatican II. » Le thème de la rencontre de Lourdes, organisée le dernier week-end de mars, donne le ton de ce rassemblement festif. Envoyés par leur évêque, les
représentants des diocèses, mouvements, services et associations de toute la France se retrouveront en action de grâce pour tous les fruits reçus du Concile. Pendant ces deux jours, ils vivront ensemble
une expérience spirituelle articulée autour de trois grands thèmes : le Christ, l’Eglise et l’homme. Mgr Claude Dagens, Mgr Eric Moulins-Beaufort et le cardinal André Vingt-Trois donneront une parole sur
ces trois sujets. Les participants pourront ensuite échanger leurs expériences. En plus de l’eucharistie quotidienne, une veillée mariale est prévue le samedi soir. Ce rendez-vous important de l’Eglise de
France représente un véritable préambule aux célébrations du jubilé de Vatican II, qui auront lieu dans les diocèses en octobre 2012. Au sein du diocèse de Meaux, notre Pôle missionnaire sera représenté par le Père Salvador Fernandes, référent des paroisses de Lieusaint, Moissy-Réau et Viviane Duguet, notre secrétaire de Pôle.

Le 25 janvier 1959, le pape Jean XXIII créait la surprise en annonçant la convocation d’un concile qui allait recevoir le nom de « Vatican II ». Il renouait ainsi avec une tradition de l’Eglise.
Certains mots, tombés en désuétude, retrouvent parfois subitement toute leur actualité. C’est ce qui arriva au terme « concile » en janvier 1959. Issu du latin concilium, concile signifie « assembléeréunie par convocation ». Pour quiconque se penche sur l’histoire de l’Eglise, c’est une notion fondamentale. En effet, entre 325 (Nicée) et 1869 (Vatican I), on recense pas moins de vingt conciles œcuméniques ou généraux, c’est-à-dire s’adressant aux évêques du monde entier. Ces rassemblements tiraient leur légitimité de celui de l’an 49, durant lequel les Apôtres s’étaient réunis pour trancher la délicate question de la conversion des païens (Ac 15). Mais, après le concile Vatican I qui avait défini le dogme de l’infaillibilité pontificale (constitution Pastor Aeternus), beaucoup estimaient que ce type d’événements n’avait plus lieu d’être. D’autres, moins nombreux, rappelaient que le concile Vatican I avait été brutalement interrompu par l’entrée des troupes italiennes à Rome en 1870 et qu’il serait bon de reprendre les travaux.

Angelo Roncalli, élu pape en 1958 sous le nom de Jean XXIII, était de ceux-là. En fin connaisseur de l’histoire de l’Eglise, il savait que les conciles avaient été convoqués afin de surmonter les crises
aigües (l’arianisme à Nicée en 325, le nestorianisme à Ephèse en 431, etc.), abus divers du clergé (conciles médiévaux du Latran)… Mais les conciles n’avaient pas produit que des condamnations
doctrinales ou disciplinaires. Ils avaient aussi permis de mettre fin à des schismes (concile de Constance de 1414 à 1418), d’améliorer la vie et le fonctionnement de l’Eglise (concile de Trente au XVIe
siècle) et d’affirmer des points essentiels de la foi chrétienne (symbole des Apôtres, symbole de Nicée-Constantinople, etc.). Ces considérations, et « l’inspiration divine », amenèrent Jean XXIII à envisager un nouveau concile œcuménique. La décision fut annoncée solennellement le 25 janvier 1959, à une vingtaine de cardinaux médusés, réunis pour la fête de l’Apôtre en la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs. Un concile ? Bien des observateurs se plongèrent aussitôt dans leurs encyclopédies pour se rafraîchir la mémoire ! En convoquant cette assemblée d’évêques, Jean XXIII prolongeait ce « fil rouge qui court en profondeur tout au long de l’histoire séculaire du christianisme », selon la belle formule de l’historien Giuseppe Alberigo.

Dans le Motu proprio « Superno Dei nutu », du 5 juin 1960, le bienheureux Jean XXIII déclarait : « Nous avons considéré comme une inspiration du Très Haut la pensée qui, dès le début de Notre Pontificat, s’est présentée à Notre esprit comme une fleur d’un printemps inattendu, celle de convoquer un concile œcuménique.
En effet, de cette solennelle assemblée d’évêques autour du Pontife romain, l’Eglise épouse aimée du Christ, peut acquérir, en ces temps agités, une splendeur nouvelle et plus étendue ; et pour ceux qui,
tout en se glorifiant du nom de chrétien, sont toutefois séparés de ce Siège apostolique, que brille de nouveau l’espérance qu’en écoutant la voix du Pasteur divin ils viennent à l’unique Eglise du Christ.
(…) Nous avons décidé que, d’après l’endroit où il se tiendrait, le futur concile s’appellerait second concile du Vatican ».


Dans la même rubrique

0 | 5

Vie du Pôle n°172
le 15 mars 2013
par combs
Vie du Pôle n°167
le 17 février 2013
par combs
Vie du Pôle n°166
le 10 février 2013
par combs
Vie du Pôle n°163
le 19 janvier 2013
par combs
Vie du Pôle n°161
le 4 janvier 2013
par combs

Évènements à venir

0 | 5

0 | 5



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47