Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Elections
Article mis en ligne le 3 février 2012
dernière modification le 6 mai 2012
logo imprimer

Catholiques, pour qui voter ?

Ne comptez pas sur l’Eglise pour répondre à cette question. Si l’institution prend la parole dans le débat public, elle se refuse à donner des consignes de vote, préférant ouvrir des pistes de discernement aux citoyens.
Et la note de la Congrégation pour la doctrine de la foi de 2002 est précise. Le texte y énumère des « points non négociables » :
- la défense de la vie,
- de la famille,
- de la liberté d’éducation,
- de la protection sociale des mineurs,
- de la liberté religieuse,
- du développement d’une économie au service de la personne et du bien commun, enfin,
- la recherche de la paix.
Ces points définissent-ils un programme ? Faut-il s’interdire de voter pour un parti qui ne respecterait pas l’un de ces aspects ?
« L’essence de la politique, c’est la négociation, souligne l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France. L’Eglise alerte les citoyens, allume des balises, sur le chemin ardu du choix ». Ainsi le texte insiste sur la « légitime liberté qu’ont les citoyens catholiques de choisir (l’option politique) qui, selon leur propre critère, correspond le mieux aux exigences du bien commun ».
L’Eglise n’a pas de programme, mais elle a développé depuis deux siècles une pensée politique propre. Depuis la lettre encyclique Rerum novarum (les choses nouvelles) de Léon XIII, en 1891, sa « doctrine sociale » s’épanouit en 21 textes, rassemblés en un Compendium depuis 2004.
- Travail,
- droit de l’homme,
- famille et, plus récemment,
- écologie,
- bioéthique.
Chaque nouveau document vient éclairer et actualiser un sujet déjà évoqué dans les précédents.

Huit principes clés restent intangibles :

  1. la recherche du bien commun,
  2. la charité,
  3. la destination universelle des biens (l’idée que la propriété privée ne donne pas tous les droits sur les biens),
  4. la dignité de la personne humaine,
  5. la justice,
  6. l’option préférentielle pour les pauvres (choisir la décision politique la moins dangereuse pour les plus faibles),
  7. la solidarité et, enfin,
  8. la subsidiarité (prendre les décisions au plus près des parties prenantes).

Autrement dit, il y a une pratique chrétienne de la politique, pas une politique chrétienne. Cette pratique chrétienne de la politique va bien au-delà du vote. Quand elle appelle à l’engagement des laïcs dans la vie politique, l’Eglise souhaite voir ses fidèles intégrer les structures des Etats, bien sûr, mais aussi, tout simplement, s’intéresser aux débats en cours. Les chrétiens ont un rôle de sentinelles. Souvent engagés dans des associations, ils ont une bonne connaissance du terrain, ce qui leur donne une crédibilité qui dope leur capacité de mobilisation.
Un exemple a marqué les esprits : provoquée par les associations de parents d’élèves, la manifestation de la défense de l’enseignement libre, le 24 juin 1984, a rassemblé à Paris près de deux millions de personnes. Plus récemment, quatre organisations catholiques investies dans la solidarité ont exigé plus de justice fiscale lors du G20 des 3 et 4 novembre à Cannes. Le défi, aujourd’hui, est de savoir mettre en avant les valeurs qui soutiennent la doctrine sociale. Cela implique un effort de formation des catholiques eux-mêmes.

Des critères pour mieux discerner

A l’occasion de l’élection présidentielle, la Conférence des évêques de France a proposé dans un document en date du 3 octobre 2011, intitulé « un vote pour quelle société ? » – www.eglise.catholique.fr - des « éléments de discernement », pour « servir de guide et de mesure aux projets qu’une société doit se donner. Quelques extraits :

- Vie naissante : Chaque personne est unique aux yeux de Dieu. (…) Il est impératif que les autorités publiques refusent l’instrumentalisation de l’embryon. De même, l’avortement ne peut en aucun cas être présenté comme une solution pour les mères en difficulté.
- Famille : l’union de l’homme et de la femme scellée dans le mariage est le moyen le plus simple et le plus efficace d’accompagner le renouvellement des générations et d’accueillir les enfants pour les introduire en ce monde.
- Banlieues et cités : certains quartiers et cités deviennent des lieux de violence, de trafics. Une politique purement répressive ne saurait suffire ni résoudre les problèmes de fond. Des efforts d’aménagement, notamment de renouvellement de l’habitat et des transports, sont nécessaires.
- Coopération internationale et immigration : le bien commun implique la paix entre personnes et entre nations. Il appelle un partage des richesses et le développement des actions de coopération. L’Eglise reconnaît à tout homme le droit d’émigrer pour améliorer sa situation, même s’il est regrettable que tous ne puissent pas survivre dans leurs pays. Mais une régulation des migrations est nécessaire. Elle ne peut se réduire à une fermeture protectrice des frontières.
- Handicap : nos sociétés modernes s’honorent d’un renouvellement du regard sur les personnes handicapées. Mais le dépistage prénatal systématique qui risque de déboucher sur l’élimination des personnes porteuses de certains handicaps remet en cause en son fondement même la solidarité envers le plus faible qui doit animer la société.
- Fin de vie : toute personne, quels que soient son âge, son état de fatigue, son handicap ou sa maladie, n’en garde pas moins sa dignité. Pour cette raison, « l’euthanasie est une fausse solution au drame de la souffrance, une solution indigne de l’homme » (Benoît XVI).
- Laïcité : la relation entre l’Eglise catholique et l’Etat a été marquée par une histoire difficile et souvent conflictuelle. Cette relation est aujourd’hui largement apaisée. Les catholiques n’entendent pas être des citoyens interdits de parole dans la société démocratique. Les évêques évoquent également d’autres thèmes : éducation, économie et justice, environnement, patrimoine et culture, Europe…

Dans la même rubrique

Évènements à venir

0 | 5 | 10

0 | 5 | 10



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.41