Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Vie du Pôle n° 113
5 février
Article mis en ligne le 3 février 2012
logo imprimer

Conseil Pastoral du 27 janvier

1 – Mise en œuvre des Orientations pastorales issues du séminaire
Christian Berton fait un état des lieux de ce qui est déjà mis en œuvre depuis le séminaire de rentrée et notre dernier Conseil Pastoral :

  • Sur le plan des formations  : Au premier trimestre, deux formations concernant les lecteurs et les ministres extraordinaires de la communion ont été organisées au Foyer de Charité. Elles ont rassemblé plus de cent personnes. Au second trimestre, trois rencontres/ formation ont été programmées :
    — *baptême (4 février),
    — *mariage (24 mars),
    — *funérailles (10 mars).
    Elles se dérouleront au relais paroissial de Combs la Ville de 14h30 à 17h. Formations ouvertes particulièrement aux membres des services concernés mais aussi aux autres. Chaque service sera invité à réfléchir à sa mission.
  • Conférences de Carême au nombre de trois :
    — * Benoît XVI précise les contours de la Nouvelle Evangélisation le 26 février à 14h30 par le Père Alain Bandelier au Foyer de Charité
    — *Les apports de Vatican II dans le domaine de l’Evangélisation le vendredi 2 mars à 20 h 30 par le Père Régis Evain
    — *Les enjeux de l’évangélisation à la lumière de l’enseignement du catéchisme de l’Eglise catholique le vendredi 16 mars par le Père Michel Henrie.
  • Spiritualité missionnaire : Deux EAP ont pris date pour une récollection sur le sens de notre mission et sur le faire. Les EAP concernées sont les 7 clochers et Sénart Nord. Sur les plaines de la Brie les vendredis de carême seront mis en valeur avec pour chaque vendredi une animation particulière par un service en lien avec le projet de carême proposé par le Pôle. Les trois conférences de Carême nous aideront dans cette réflexion du sens de la mission et de l’Evangélisation
  • Vœux : Après l’expérience positive de Sénart sud, des vœux ont été mis en place sur Brie-Comte-Robert et Plaine de la Brie, sur Sénart Nord : Combs et Moissy et sur Lésigny. Beaucoup de personnes ont répondu. Signe de l’attente de rencontres transversales.

Paul Bossard précise qu’Evangélisation et Charité étant intimement liées, ce qui se met en place sur l’Evangélisation permettra une prise de conscience et une application dans le projet Diaconia 2013, car tout « se boucle ».

2 – Année de la Foi : 11/10/2012 à 23/11/2013
A l’occasion du 50ème anniversaire de Vatican II. L’objet est de conduire à une meilleure connaissance du contenu de la Foi. Paul a retrouvé un rapport du Conseil pastoral de 1986 qui déjà mettait ces sujets en perspectives avec d’autres mots et l’auteur était Patrice Flaud.
- Foi qui se dit et se vit, Foi qui se dit en l’annonçant : conséquence logique de l’Évangélisation
- Fondements de la foi, qui prennent sens et s’enracinent par la Rencontre du Christ
- Connaissance de la Foi, socle indispensable pour aujourd’hui comprendre et annoncer notre spécificité chrétienne.
- Propositions du CPP
Profiter de la mise en route de Grisy pour lancer les actions en ayant une cohérence de dates : lancement de l’année de la foi le 14 octobre.
Cheminement à partir de l’Evangile : Parcours biblique. Pour que ce temps de formation soit possible pour chacun, attention au calendrier. Ne rien mettre en concurrence et peaufiner la communication.
Rencontre de témoins :
- Jean Vanier….Pèlerinage dans l’Oise ?
- Célébration de la Lumière de Bethléem : mise en célébration du Kérygme, c’est-à-dire la première annonce.
A propos de la Lumière de Bethléem, J.Luc Ogier nous précise qu’à l’origine cette démarche était faite pour inciter les scouts à rejoindre « leur voisinage ». Aller porter la lumière dans les lieux plus en marge de l’Eglise, dans les maisons de retraite…. cette proposition rejoint la démarche de la proximité dans les quartiers…

Il est noté l’importance de la communication dans la prise en compte de cette année de la Foi. Informer et Inviter tout un chacun à s’en saisir… Allez vers… « Pastorale des pieds »…comme Jésus dans l’Evangile ne reste pas toujours dans la même maison, dans le même lieu…
Chaque service doit réfléchir et éventuellement proposer des idées pour décliner cette année de la Foi avec leur spécificité… d’ici le 5 mai, date du prochain CPP.

3-Diaconia 2013

  • Un document de propositions et d’actions est en préparation pour le Pôle.
  • ll sera fait « appel à témoins » sur le constat des fragilités ou des merveilles vécues au quotidien par les personnes que nous rencontrons.
    Diaconie = Charité… pour une mise en valeur des réalités.

4 – Divers
Le Père GITON (Provins) accueille les reliques de Zélie et Louis Martin, Bienheureux parents de la Petite Thérèse. Il nous propose de les accueillir dans le courant du mois de Mars.
Après réflexion et débat, il semble difficile au Conseil d’organiser cela en si peu de temps, mais il est bien d’en informer toutes personnes qui seraient intéressées sur le Pôle par cette démarche de vénération.

|TOM POUCE |

Au cours de l’année 2011, l’équipe de la Maison de Tom Pouce a accompagné une centaine de futures mamans au cours de leur grossesse. Trouver un lieu où se poser et préparer la naissance de leur enfant dans un environnement paisible est essentiel pour elles dans cette première étape de la maternité.
Merci à tous pour l’attention que vous leur portez et particulièrement pour votre mobilisation de Noël. Grâce à vos dons, vous nous permettez de leur fournir le nécessaire matériel pour leurs bébés.
Belle année 2012 !
L’équipe et les Mamans de Tom Pouce.

Pour en savoir plus

Catholiques, pour qui voter ?

Ne comptez pas sur l’Eglise pour répondre à cette question. Si l’institution prend la parole dans le débat public, elle se refuse à donner des consignes de vote, préférant ouvrir des pistes de discernement aux citoyens. Et la note de la Congrégation pour la doctrine de la foi de 2002 est précise. Le texte y énumère des « points non négociables » : la défense de la vie, de la famille, de la liberté d’éducation, de la protection sociale des mineurs, de la liberté religieuse, du développement d’une économie au service de la personne et du bien commun, enfin, la recherche de la paix. Ces points définissent-ils un programme ? Faut-il s’interdire de voter pour un parti qui ne respecterait pas l’un de ces aspects ? « L’essence de la politique, c’est la négociation, souligne l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France. L’Eglise alerte les citoyens, allume des balises, sur le chemin ardu du choix ». Ainsi le texte insiste sur la « légitime liberté qu’ont les citoyens catholiques de choisir (l’option politique) qui, selon leur propre critère, correspond le mieux aux exigences du bien commun ».
L’Eglise n’a pas de programme, mais elle a développé depuis deux siècles une pensée politique propre. Depuis la lettre encyclique Rerum novarum (les choses nouvelles) de Léon XIII, en 1891, sa « doctrine sociale » s’épanouit en 21 textes, rassemblés en un Compendium depuis 2004. Travail, droit de l’homme, famille et, plus récemment, écologie, bioéthique. Chaque nouveau document vient éclairer et actualiser un sujet déjà évoqué dans les précédents.
Huit principes clés restent intangibles : la recherche du bien commun, la charité, la destination universelle des biens (l’idée que la propriété privée ne donne pas tous les droits sur les biens), la dignité de la personne humaine, la justice, l’option préférentielle pour les pauvres (choisir la décision politique la moins dangereuse pour les plus faibles), la solidarité et, enfin, la subsidiarité (prendre les décisions au plus près des parties prenantes). Autrement dit, il y a une pratique chrétienne de la politique, pas une politique chrétienne. Cette pratique chrétienne de la politique va bien au-delà du vote. Quand elle appelle à l’engagement des laïcs dans la vie politique, l’Eglise souhaite voir ses fidèles intégrer les structures des Etats, bien sûr, mais aussi, tout simplement, s’intéresser aux débats en cours. Les chrétiens ont un rôle de sentinelles. Souvent engagés dans des associations, ils ont une bonne connaissance du terrain, ce qui leur donne une crédibilité qui dope leur capacité de mobilisation.
Un exemple a marqué les esprits : provoquée par les associations de parents d’élèves, la manifestation de la défense de l’enseignement libre, le 24 juin 1984, a rassemblé à Paris près de deux millions de personnes. Plus récemment, quatre organisations catholiques investies dans la solidarité ont exigé plus de justice fiscale lors du G20 des 3 et 4 novembre à Cannes. Le défi, aujourd’hui, est de savoir mettre en avant les valeurs qui soutiennent la doctrine sociale. Cela implique un effort de formation des catholiques eux-mêmes.

Des critères pour mieux discerner

A l’occasion de l’élection présidentielle, la Conférence des évêques de France a proposé dans un document en date du 3 octobre 2011, intitulé « un vote pour quelle société ? » – www.eglise.catholique.fr - des « éléments de discernement », pour « servir de guide et de mesure aux projets qu’une société doit se donner. Quelques extraits :

- Vie naissante : Chaque personne est unique aux yeux de Dieu. (…) Il est impératif que les autorités publiques refusent l’instrumentalisation de l’embryon. De même, l’avortement ne peut en aucun cas être présenté comme une solution pour les mères en difficulté.
- Famille : l’union de l’homme et de la femme scellée dans le mariage est le moyen le plus simple et le plus efficace d’accompagner le renouvellement des générations et d’accueillir les enfants pour les introduire en ce monde.
- Banlieues et cités : certains quartiers et cités deviennent des lieux de violence, de trafics. Une politique purement répressive ne saurait suffire ni résoudre les problèmes de fond. Des efforts d’aménagement, notamment de renouvellement de l’habitat et des transports, sont nécessaires.
- Coopération internationale et immigration : le bien commun implique la paix entre personnes et entre nations. Il appelle un partage des richesses et le développement des actions de coopération. L’Eglise reconnaît à tout homme le droit d’émigrer pour améliorer sa situation, même s’il est regrettable que tous ne puissent pas survivre dans leurs pays. Mais une régulation des migrations est nécessaire. Elle ne peut se réduire à une fermeture protectrice des frontières.
- Handicap : nos sociétés modernes s’honorent d’un renouvellement du regard sur les personnes handicapées. Mais le dépistage prénatal systématique qui risque de déboucher sur l’élimination des personnes porteuses de certains handicaps remet en cause en son fondement même la solidarité envers le plus faible qui doit animer la société.
- Fin de vie : toute personne, quels que soient son âge, son état de fatigue, son handicap ou sa maladie, n’en garde pas moins sa dignité. Pour cette raison, « l’euthanasie est une fausse solution au drame de la souffrance, une solution indigne de l’homme » (Benoît XVI).
- Laïcité : la relation entre l’Eglise catholique et l’Etat a été marquée par une histoire difficile et souvent conflictuelle. Cette relation est aujourd’hui largement apaisée. Les catholiques n’entendent pas être des citoyens interdits de parole dans la société démocratique. Les évêques évoquent également d’autres thèmes : éducation, économie et justice, environnement, patrimoine et culture, Europe…


Dans la même rubrique

0 | 5

Vie du Pôle n°172
le 15 mars 2013
par combs
Vie du Pôle n°167
le 17 février 2013
par combs
Vie du Pôle n°166
le 10 février 2013
par combs
Vie du Pôle n°163
le 19 janvier 2013
par combs
Vie du Pôle n°161
le 4 janvier 2013
par combs

Évènements à venir

0 | 5

0 | 5



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14