Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Consécration à Notre Dame de la Visitation et Evangélisation
Article mis en ligne le 22 mai 2017
dernière modification le 11 juin 2017
logo imprimer

Pour écouter

Cliquer sur l’icône

Très chers frères et sœurs dans le Christ,

le mercredi 31 mai, fête de la Visitation de la Vierge Marie, vos 4 curés solidaires du Pôle missionnaire de Brie-Sénart consacreront les paroisses du Pôle et tous les habitants à Notre Dame de la Visitation.
Don Régis, curé du pôle, et le Père Frédéric le feront ensemble à Rome au Vatican tandis que Don Antoine et don Pierre-Alphonse le feront au cours de la messe de 9h00 à la Chapelle Notre Dame de Lourdes à Combs la Ville. Une neuvaine de prière préparatoire est déjà diffusée dans la Vie du pôle et sur les sites des paroisses et du pôle. Tous les chrétiens sont invités à s’associer à cette démarche spirituelle.

Quel est le sens de cette démarche et en quoi cela concerne-t-il tout spécialement les cellules paroissiales d’évangélisation ?

Je vous invite à reprendre le chapitre 1 de Saint Luc à partir du verset 39.
Juste après avoir reçu l’Annonciation de l’ange Gabriel qu’elle serait la mère du Sauveur Jésus, et avoir répondu de toute sa foi, la Vierge Marie s’est empressée de partir rendre visite à sa vieille cousine Élisabeth. Marie venait d’apprendre de la bouche de l’ange qu’Élisabeth était déjà enceinte de 6 mois alors qu’elle était stérile et avancée en âge, “ car rien n’est impossible à Dieu ”.
La Vierge Marie est motivée par plusieurs raisons : elle porte en elle le Seigneur Jésus qui vient juste d’être conçu par l’opération du Saint Esprit, elle veut partager sa joie avec Élisabeth qui peut comprendre ce qu’elle vit parce qu’elle-même est bénéficiaire du don de la vie qui vient de la miséricorde du Seigneur, et enfin parce qu’elle se doute qu’elle pourra être utile au service de sa cousine âgée et enceinte. La racine de tout cela, c’est une immense charité, une participation étroite à la vie de Dieu qui est Amour.

Pour nous aussi, c’est l’accueil de la présence de Dieu en nos âmes qui motive notre sortie du train-train ordinaire pour aller à la rencontre de ceux que la grâce du Seigneur a déjà touché. Notre prière commune et notre émerveillement sur ce que Dieu a fait pour nous et avec nous, nous engage à aller rencontrer les membres de notre oïkos.

“ Marie entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth “ : quoi de plus simple et de plus naturel ? Et pourtant, cette démarche humainement banale, mais toute remplie de Dieu, provoque un torrent de grâce. Cette démarche très simple et familiale est le canal par lequel l’Esprit Saint s’engouffre dans l’âme d’Élisabeth et de Jean-Baptiste qu’elle porte en son sein. Et le tressaillement du bébé est le retentissement physique très sensible d’un bouleversement spirituel.
Pour nous aussi, Dieu veut se plaire à agir à travers nos pauvres humanités, nos démarches amicales les plus simples.

Élisabeth s’écrie : Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Nos rencontres cherchent à déboucher sur la reconnaissance par nos interlocuteurs de la présence et de l’action de Dieu à la fois dans leur vie et dans la nôtre. Il s’agit toujours d’un émerveillement, parce qu’il y a la reconnaissance que cela ne vient pas des hommes, mais de Dieu, qui est toujours plus grand, toujours plus beau que ce que nous en percevions jusque-là.

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur !
Pour Élisabeth, les choses sont très claires : Zacharie, son mari, n’a pas cru à l’annonce de la naissance de Jean qui lui était fait par l’ange Gabriel dans la solitude du cadre sacré et solennel du Saint des Saints dans le Temple de Jérusalem pour le sacrifice annuel de la Pâque juive. A cause de son incrédulité, Zacharie est resté muet jusqu’à ce jour. Marie, elle, vient de parler et Élisabeth l’a clairement entendue.
L’Esprit Saint a fait comprendre et deviner à Élisabeth tout le reste : Marie est enceinte du Messie et le tressaillement de son fils Jean-Baptiste en est le signe. C’est donc que Marie, à l’inverse de Zacharie, a accueilli avec une foi totale l’annonce de l’ange !

De même pour nous, c’est la perception de l’œuvre de Dieu dans nos propres existences qui va permettre aux membres de notre oïkos de deviner que Dieu agit aussi dans leurs vies. Si Dieu agit en nous, alors eux aussi peuvent expérimenter Dieu en eux. Nous sommes pour eux une preuve vivante que cela est possible.
Non seulement possible, mais désirable et beaucoup plus accessible qu’il ne l’aurait imaginé.

La suite, c’est le Magnificat : c’est le pur bijou qui jaillit de l’âme de la Vierge Marie. Parce qu’elle se sait comprise, Marie peut vider son cœur devant Élisabeth et louer Dieu à haute voix. C’est une amitié spirituelle magnifique qui nous est ainsi montrée. Que n’ont pas partagé durant les trois mois qui ont suivi ces deux cousines enceintes, sur la même longueur d’onde spirituelle ?

De même au sein des cellules, nous visons à l’amitié chrétienne. Au-delà des différences de toutes sortes qui pourraient nous séparer, c’est la recherche commune de Dieu et le témoignage mutuel de ce qu’il fait en nous qui fondent notre véritable amitié, notre estime et notre respect mutuel. Nous sommes tous appelés à de grandes choses. Nous vivons l’émulation dans la sainteté, ni plus ni moins. Nos cellules sont un lieu privilégié où l’on doit pouvoir partager les plus grandes choses intérieures sans crainte de la moquerie et de l’indiscrétion. Cela entraine une grande exigence de respect de la liberté de chacun et une grande discrétion. C’est aussi une immense fierté quand on arrive à une telle qualité d’échanges entre nous.

Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
La vie des cellules entraine d’aller au devant des autres, de passer du temps avec eux dans une recherche simple de l’amitié, dans le partage du meilleur. Cela ne nous détourne pas de notre devoir d’état habituel, mais nous renforce dans son accomplissement. Le ressourcement vécu en cellule doit se traduire dans la vie familiale et professionnelle. Tous ceux qui savent que vous vous réunissez en cellule doivent pouvoir s’en réjouir en voyant comment cela vous transforme.

Pour nous accompagner, il y a Marie. Ce qu’elle a si bien fait il y a 2.000 ans, elle le poursuit tout au long des siècles comme son Fils Jésus le lui a demandé sur la croix : Femme, voici ton fils ! Fils, voici ta mère !

Je vous invite donc à vous associer à elle par cette prière de consécration.

Vierge Marie, Notre-Dame de la Visitation,
Fille bien-aimée du Père, choisie pour nous donner son Fils,
Épouse du Saint-Esprit qui avez toujours été docile à ses inspirations,
Mère du Christ notre Sauveur qui en êtes devenue le parfait disciple,
Nous vous prions pour les paroisses de notre Pôle Missionnaire de Brie-Sénart.
Étendez sur nous, sur nos paroisses et tous les habitants votre sollicitude maternelle.
Aidez-nous à accueillir le Christ en nos vies
pour que nous cherchions toujours à nous conformer à sa Parole.
Aidez-nous à porter le témoignage de sa présence en nous et dans nos communautés.
Aidez-nous à l’annoncer avec l’Église par nos paroles et par nos actes.
Venez prendre sous votre conduite toutes les affaires spirituelles et temporelles qui nous concernent
et faites que leur issue soit pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes.




puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2017 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.14